La ferme de Sepa

La ferme d’un artisan de la fin du 20ème siècle

La ferme de Sepa, provenant de la paroisse de Rõuge, représente le foyer d'un forgeron dans le sud de l'Estonie à la fin du siècle. Les édifices ont été transportés au musée en 1987-1997 et sont ouverts aux visiteurs depuis 1999.

Cette petite ferme dans la région de Võrumaa n’avait qu’une dizaine d’hectares de terrains aux sols peu fertiles, c’est pourquoi la forge s’avérait la principale source de revenus de cette ferme.

A cause des changements dans la vie économique de l'Estonie lors de la seconde moitié du 19ème siècle, l'artisanat rural se voyait développé à une allure rapide. La quantité de travail pour le forgeron du village, le métier désormais perpétué, a également augmenté en raison de la mise en exploitations des outils et des équipements agricoles en acier et donc plus efficaces qu’auparavant. Voilà une raison de plus motivant les chefs du village Palometsa de l’époque à donner un coup de main, en lui procurant du bois de construction, au forgeron, pour que ce dernier s’installe dans le village.

L’exploitation d’un artisan datant du tournant des 19ème et 20ème siècles.

Lire la suite
1 – etable-habitation, 2 – sauna, 3 – forge, 4 – puits

Le saviez-vous?

  • Les artisans venaient souvent de petites fermes ou des familles sans terres. Le forgeron, un certain dénommé Peep Harak, était probablement le fils cadet de la ferme Iisaku du village Palometsa.
  • Jaan Harak, le fils de Peep Harak, était connu comme un homme à tout faire, il avait du talent aussi bien à la forge qu’à la poterie, mais il était également doué en bâtiment, il savait coudre un costume, s’il le fallait, et était sollicité comme médecin du village.
  • Aux époques antérieures, pour aller solliciter les prestations d’un forgeron, les gens devaient apporter leur propre fer et du charbon à la forge, ainsi que l’on payait au forgeron en denrées alimentaires ; au 20ème siècle, le forgeron commence à recevoir la  rémunération  pour son travail en argent.