L’école de Kuie

L’école paroissiale, datant du 19ème siècle

L’école de Kuie est de provenance de la commune Kuie de la paroisse Järva-Jaani. L’édifice servant d’établissement scolaire a été construit aux environs de 1877. L’édifice a été transféré et reconstitué, avec le soutien des fondateurs de l’école de Rocca al Mare actuelle, en 1999. La cérémonie d'ouverture a eu lieu le 1er septembre 2000.

Avec la réforme des communes de 1866, les droits de prise de décisions concernant la gestion des écoles ont été attribués aux propriétaires de la ferme, alors que les manoirs étaient soumis à l’obligation de fournir le terrain et les matériaux nécessaires pour la construction des écoles, de nombreuses écoles ont été construites en Estonie. De même dans la commune de Kuie il a été trouvé que l'ancien bâtiment de l’école, construit en 1842, n’était plus à la hauteur de la tâche. Ainsi la commune a-t-elle fait construire, sur les terrains de 20 hectares de superficie de la ferme Kooli, alloué par le manoir, une école magnifique en tous les aspects. Lors de la construction de l’école le plan général standardisé d’un établissement public, recommandé par les administrations de l'Empire du tsar, a été suivi.

Lire la suite
1 – salle de classe, 2 – habitation pour le maître de l'école, 3 – cuisine, 4 – vestiaire, 5 – 2 garde-mangers, 6 – entrée

Le saviez-vous?

  • Le bâtiment d'école avec son aire de battage, construit en Vajangu en 1842 à l'initiative du propriétaire du manoir Kuie, était l’un des premiers bâtiments d'école dans la région Järvamaa.
  • La loi de 1867 sur les écoles exigeait la présence d’une école pour chaque 300 personne adulte. L'enseignant devait être le titulaire d’un document prouvant sa qualification professionnelle.
  • Les écoles ont souvent servi de bureaux communaux et les enseignants remplissaient en outre les fonctions d’un secrétaire de la commune. Les écoles étaient souvent équipées d’une sorte de cellules de garde-à-vue pour punir les parents n’ayant pas suivi l’obligation d’amener leurs enfants à l'école et n’ayant pas les moyens pour payer l'amende conséquente.
  • Sur la décision rendue par le tribunal composé des propriétaires des fermes communales, une amende de 5 kopecks pour chaque jour de classe manqué par l’enfant devait être payée par les parents de l’enfant, le montant d’une telle amende s’élevant au 10 kopecks pour chaque jour manqué par un élève « révisant » qui devait fréquenter l’école pour réviser ses connaissances avant sa première communion.
  • Dans le grand livre de l'école Kuie sont consultables les notes que l’on donnait en 1882 : 0 correspondait à « ne sait rien », 1 correspondait à « sait à peine quelque chose », 2 correspondait à une maitrise de la matière « faible », 3 correspondait à une maitrise de la matière « moyenne », 4 correspondait à des connaissances de « bon » niveau, et 5 était attribuée pour des connaissances « très bien ».