Installations particulieres

Les bâtiments à l’usage commun ou servant à l’entretien social ont depuis et toujours fait partie de la vie des paysans.

Parmi ceux-ci, les églises et les chapelles, érigées d’abord sous la pression des conquérants étrangers à proximité des routes principales, généralement dans des endroits plus élevés, peuvent être considérées comme les plus anciennes. Ces bâtiments ont servi les paysans, depuis des siècles, comme lieu pour les baptêmes, les premières communions, les mariages, ainsi que pour des services funéraires des décèdes. Entre autres, l'éducation des habitants faisait partie des tâches du pasteur.

L’auberge, avec son emplacement au bord des routes, était à l’époque une bonne source de revenus pour le propriétaire du domaine, un hébergement nécessaire pour les voyageurs et leurs chevaux, un endroit où de nombreux paysans se sont ruinés ; mais pour la plupart de gens, l’auberge s’avérait un endroit cosy pour se détendre dans une bonne compagnie après la messe et entendre les dernières nouvelles.

Il y a d’environ 150 ans, les bâtiments scolaires ont trouvé leur place fixe dans des paysages ruraux. Le royaume de Suède a commencé à exiger de l’église et des manoirs la création des écoles pour les enfants des paysans. La construction de bâtiments scolaires ne s’est répandue toutefois qu’après 1866, où la gestion de la vie scolaire est passée sous la responsabilité des conseils communaux composés de propriétaires d'exploitations agricoles. Ces mesures ont été stipulées dans la loi, et les paysans, qui venaient de devenir des propriétaires de la ferme, avaient fort besoin de savoir lire et calculer.

La fin du 19ème siècle a été marquée par une apparition dans des villages des magasins commerciaux, où la population locale pouvait acheter des denrées alimentaires et des ustensiles de caractère non quotidienne. Ainsi, le début du 20ème siècle connaissait déjà un réseau de commerces couvrant tout le pays. Depuis une centaine d’années déjà, les centres communautaires des villages accueillent aussi des casernes de pompiers où les sociétés de pompiers volontaires ont gardé leur équipement de la lutte contre l'incendie.

Depuis le milieu du 19ème siècle, des décisions importantes concernant la gestion de la vie rurale ont été prises dans des offices administratifs communaux. A cette époque la communauté rurale a été libérée de la tutelle du châtelain. A la fin du siècle, lors de la fusion des communes, de nouveaux offices administratifs communaux, plus représentatifs, ont été construits, alors que les anciens bureaux ont souvent été transformés en hospices.

Au début du 19ème siècle, en conformité avec le décret du Tsar, un magasin communal des stocks a été installé dans chaque commune pour la préservation des réserves de céréales obligatoires. Les paysans pouvaient y emprunter de grains en cas de la nécessité.

Le début du 20ème siècle a été également marqué par la construction des centres culturels des communautés rurales.

Dans le Musée Estonien en plein air, les visiteurs  pourront  prendre soin de leurs âmes dans la chapelle Sutlepa, de provenance de la paroisse Noarootsi, assister aux leçons dans l’école communautaire de Kuie, transférée dans notre musée de la paroisse Järva-Jaani,  se casser la croûte dans la taverne Kolu de provenance de la paroisse Kose, faire des courses dans le magasin commercial du village Lau de la paroisse Juuru, construit dans les années 1930, ou encore aller rendre visite au Ruudi, le pompier de la caserne de pompiers du village Orgmetsa.